Création assistée

Et si, demain, les logiciels d'assistance créative faisaient partie de la marque employeur ?

Ecrit par Noémie Aubron
November 10, 2022
Cet article contient de la fiction prospective. Ce contenu est fictionnel. Il est toutefois inspiré par l'observation de signaux faibles et d'émergences issue d'une veille intensive sur l'évolution des modes de vie. Abonnez-vous pour recevoir une nouvelle fiction tous les jeudis.

Fiction | Conte du futur

Un futur possible, inspiré par le présent, ses tendances et ses signaux faibles.

C’est un premier jour comme un autre : un peu d’angoisse, vite effacée par un vif enthousiasme lorsque vous entrez dans les bureaux de votre tout nouvel employeur. Voilà longtemps que vous aviez envie de rejoindre Plume, le leader incontesté des expériences créées par et pour les humains. C’est donc avec un sentiment d’accomplissement que vous vous présentez à l’accueil pour récupérer votre badge d’employé. Plume se distingue des autres entreprises du secteur par son respect de la création humaine. Ses clients sont de fervents défenseurs de cette approche et sont prêts à mettre le prix pour accéder à des œuvres façonnées par l’esprit humain.

L’obsession de Plume est de préserver la capacité de l’humain à créer, ce qui se ressent dans sa culture d’entreprise. C’est précisément pour cela que les plus grands créateurs de l’époque rejoignent Plume. Il règne dans les couloirs de l’entreprise une émulation que l’on a du mal à trouver ailleurs. Les concurrents sont en effet nombreux à avoir fait le choix de la création déléguée pour des raisons évidentes de productivité et de marchés. La plupart de vos collègues de promotion y ont été recrutés comme muses d’IA. Ils travaillent en binôme avec des développeurs qui les orientent sur la manière de nourrir la machine avec leur imaginaire. Leur univers est ensuite digéré par l’IA et transformé en un nombre infini de produits : une œuvre à fort potentiel commercial, mais aussi des créations à la demande pour le grand public.

Chez Plume, au contraire, tout gravite autour des créateurs. Ce qui vous a convaincu, c’est surtout le logiciel de création maison de Plume. Auparavant, vous n’aviez d’autre choix que d’utiliser Mozart, logiciel proposé par le leader de la création assistée par ordinateur. Malgré la volonté de nombre de ses clients de laisser l’humain aux commandes du processus créatif, il était clair que Mozart ne l’entendait pas de cette oreille. Son emprise créative était devenue oppressante, vous menant subrepticement dans des univers qui n’étaient pas les vôtres.

C’est donc avec excitation que vous commencez cette première journée par une formation au logiciel de création développé par Plume : Proust. Sa réputation n’est plus à faire, et quelques tests vous le confirment rapidement. La finesse artistique de Proust est remarquable, sans toutefois être invasif dans le processus créatif. Chose rare, ici, le créateur n’a pas à se préoccuper de la technique. Savoir comment s’adresser à la machine est un savoir-faire de plus en plus pointu. L’école Plume forme donc elle-même ses prompteurs. L’un d’entre eux sera votre assistant pour s’adresser à Proust. Finalement, le créateur retrouve un rôle d’artisan de l’imaginaire, aidé d’une muse artificielle.

Il est donc logique que, chez Plume, un créateur limite au maximum le recours à la machine. D’après votre contrat de travail, vous vous engagez à ne pas dépasser 10% de création assistée dans chaque oeuvre créée. Là-dessus, l’entreprise est intransigeante. Lors de votre première pause café, on vous met en garde. Il y a plusieurs années, un ancien créateur a tenté de s’appuyer plus que de raison sur Proust. Grisé par un premier succès retentissant, il était devenu accro aux idées de Proust. Un ami hacker aurait essayé de trafiquer son taux de création assistée, mais Proust ne s’est pas laissé faire…

Veille | Les coulisses

Les tendances et signaux faibles derrière la fiction

🔮 Wordcraft - création littéraire assistée par ordinateur

To help us understand the potential role of AI in creative writing, we brought together 13 professional English-language writers from around the world to use Wordcraft to write stories, which we're publishing as a collection here. Our goal was to have an honest conversation about the rapidly evolving relationship between creativity and technology.

(Trad. Pour nous aider à comprendre le rôle potentiel de l'IA dans la création littéraire, nous avons réuni 13 écrivains professionnels de langue anglaise du monde entier qui ont utilisé Wordcraft pour écrire des histoires, que nous publions ici sous forme de recueil. Notre objectif était d'avoir une conversation honnête sur l'évolution rapide de la relation entre la créativité et la technologie.)

🔮 Shutterstock et OpenAI s’associent pour proposer des images générées par intelligence artificielle

From 2021 onwards, Shutterstock sold images and metadata to OpenAI to help create DALL-E (OpenAI’s Altman describes this data as “critical to the training of DALL-E”). Now, with the integration of OpenAI’s text-to-image AI, the partnership is going full circle, and DALL-E’s output will compete with the same individuals whose work was used to train it

(Trad. : À partir de 2021, Shutterstock a vendu des images et des métadonnées à OpenAI pour l'aider à créer DALL-E (Altman d'OpenAI décrit ces données comme "essentielles à l'entraînement de DALL-E"). Aujourd'hui, avec l'intégration de l'IA texte-image d'OpenAI, la boucle est bouclée et le résultat de DALL-E sera en concurrence avec les personnes dont le travail a été utilisé pour le former.)

👁️ Contenus générés artificiellement : la communauté anime furieuse

While there’s a long-established culture of creating fan art from copyrighted manga and anime, many are drawing a line in the sand where AI creates a similar artwork.

(Trad. : Alors que la culture de la création d'œuvres d'art à partir de mangas et d'anime protégés par des droits d'auteur est bien établie, nombreux sont ceux qui tracent une ligne dans le sable où l'IA crée une œuvre similaire)

Découvrez d'autres fictions en lien avec celle-ci...

Futur de l'habitat

Hyperlocalité

Et si le futur de nos usages numériques n'était pas que dans la Silicon Valley ou en Chine ?

Lire
Futur du travail

Silver-travailleur

Et si, demain, le monde du travail s'adaptait à notre démographie vieillissante ?

Lire
Futur de la consommation

Désinnovation

Et si, demain, l'innovation faisait marche arrière ?

Lire


"La manière la plus simple de prédire le futur est de comprendre le présent". J. Naisbitt



ET VOUS, QU'EST-CE QUI VOUS INTERPELLE AUJOURD'HUI ?


Parlons-nous !

UN REGARD SUR LE FUTUR 
À LIRE TOUS LES JEUDIS


👁️😮🔮 Futur(s)


Demain en fiction pour comprendre le présent et ses émergences, tous les jeudis. Déjà +6 000 abonnés